Hygiène chimique : les pesticides

pesticides in use

Flickr-Andy Powell

Vous avez peut-être paniqué à la lecture de mon article précédent sur la toxicité de notre environnement. Ce nouvel article est là pour donner des clés afin de réduire notre exposition aux produits chimiques et ainsi préserver notre santé.

J’ai assisté à une conférence du Docteur Laurent Chevallier mi-juin. Il a résumé en deux mots la ligne de conduite qu’il préconise : l’hygiène chimique.

En effet, c’est avec la découverte du rôle des bactéries et des micro-organismes dans l’apparition de maladies infectieuses que le courant hygiéniste se développe au XIXème siècle : généralisation du tout à l’égout, prise en charge des déchets, traitement de l’eau, enseignement du lavage des mains etc. Ces procédés ont permis de faire reculer certaines maladies (je ne rentrerai pas ici dans les limites de ce courant).

Le Dr Laurent Chevallier souhaite donc remettre au goût du jour cette logique hygiénique en l’adaptant aux produits chimiques. Il s’agit d’apprendre des règles de base pour mieux choisir son alimentation, ses produits d’hygiène etc. Et prendre de nouvelles bonnes habitudes (si ce n’est pas déjà fait) : aérer chaque jour sa maison, laver ses vêtements avant de les porter pour la première fois etc.

1. Une préoccupation individuelle, une obligation collective

Bien que nous vivions sur une planète où aucune parcelle n’est exempte de produits chimiques, il est tout de même possible de réduire fortement notre exposition. « Individuellement vous pouvez agir pour vous et vos proches en choisissant mieux vos produits quotidiens ».

Il ne faut cependant pas tout faire reposer sur la responsabilité individuelle et dédouaner les industriels et l’Etat de leurs obligations. L’Etat se doit de protéger la santé des ses citoyens. C’est une question d’ordre morale et un souci économique (réduire les dépenses de santé). Les industriels doivent quant à eux se rappeler qu’ils ne sont pas en-dehors ou au-dessus de la « cité » mais qu’ils font partie intégrante de celle-ci. Ils ont eux aussi des obligations morales vis-à-vis des consommateurs. Personne n’a le droit d’empoisonner qui que ce soit, à court ou long terme. Cela semble logique et est aberrant d’être obligé de le rappeler.

2. Quels sont les produits à éviter ?

Les pesticides, les plastiques et notamment les plastiques alimentaires, les additifs (et encore plus ceux sous forme de nanoparticules), les perturbateurs endocriniens, les métaux traces (dits aussi métaux lourds) et d’autres éléments mixtes.

Je commence cette série par les pesticides. Prêts ?

 3. Les pesticides non merci !

Ils sont utilisés majoritairement en agriculture pour lutter contre les nuisibles, entraînant une présence de résidus de pesticides dans les sols, l’eau, l’air et les aliments.

Ces produits toxiques finissent donc dans nos organismes. Mais pas seulement : ils contaminent la faune, la microfaune, la terre et la flore environnantes. Ils empoisonnent les consommateurs et les travailleurs : les agriculteurs, les personnes épandant les pesticides tel le personnel de mairie, les personnes fabriquant ces pesticides… Les riverains des exploitations ne sont pas épargnés et pour finir les pesticides hypothèquent la santé des générations futures ! De nombreux pesticides sont des perturbateurs endocriniens. Ils engendrent des modifications dans l’expression des gènes qui sont transgénérationnelles.

Pour couronner le tout, la France, ce pays de la gastronomie et du bon goût, est le premier consommateur européen de pesticides !

Voici une liste de maladies qui peuvent être engendrées (de manière avérée ou suspectée) par les expositions chimiques aux pesticides :

  • troubles neurologiques (tels que les maladies de Parkinson ou d’Alzheimer, notamment chez les agriculteurs),
  • troubles de la reproduction et du développement,
  • cancers (du sang, de la peau, du cerveau, de la prostate, de l’estomac),
  • troubles métaboliques (beaucoup de pesticides sont des perturbateurs endocriniens),
  • troubles respiratoires (asthme, bronchite).

4. Hygiène chimique

De manière générale, il est important de s’informer sur son alimentation et ne se laisser bercer par les promesses des industriels. Terra Eco décrypte par exemple  ici la ligne de défense des fabricants de pesticides face aux résultats d’études menées sur les dangers des pesticides.

Alimentation :

  • Consommer bio le plus possible et particulièrement pour les femmes enceintes ! « En consommant les trois fruits les plus courants en bio (pommes, poires, pêches), la plupart des légumes, les produits laitiers et les œufs, on limite le risque d’exposition aux pesticides a priori d’environ 80% ». Ouf, c’est rassurant !
  • Ne pas consommer le gras des animaux (les polluants s’y concentrent par bioaccumulation).
  • Bien choisir vos restaurants et éviter les fast-foods.

Cosmétiques et produits d’hygiène :

  • Utiliser des alternatives naturelles aux produits anti-poux classiques (qui sont classés dans la catégorie des pesticides !).

Maison et bricolage :

  • Eviter l’utilisation d’insecticides dans la maison (tous les anti-insectes et même les anti-moustiques) et faire attention aux antipuces utilisés pour les animaux domestiques.
  • Ne pas utiliser de pesticides (fongicides, insecticides, herbicides) dans son jardin.
  • Faire attention aux produits de bricolages tel que les antifongiques (traitement et conservation du bois).

Si vous souhaitez en savoir plus sur les pesticides et leurs conséquences sur la santé, vous pouvez vous renseigner sur cette page de Générations futures.

Source : Le livre antitoxique, Dr Laurent Chevallier

Publicités

15 réactions sur “Hygiène chimique : les pesticides

  1. Oui c’est vrai, tu as aussi raison concernant l’origine de l’arrivée des produits et machine agricole, dont l’usage a explosé après la guerre….Tout est lié et complexe. merci pour le livre je vais regarder cela…
    en tout cas, merci, ton article est intéressant.

  2. Hello,
    Je m’installe bientôt j’espère en tant qu’agricultrice, en bio bien sur. Je convertis des terres. Et je lis les commentaires à ton post….Le tout premier commentaire m’intéresse particulièrement (planet addict)…. le commentaire m’interpelle car ma vision en tant que fille d’agriculteur est très différente.
    Ce ne sont pas les groupes agroalimentaires qui poussent à mettre des pesticides, mais plutôt les consommateurs ! Les agriculteurs et les groupes suivent les demandes en consommation à savoir des produits à bas coûts, sans défaut d’aspect (notamment au niveau des fruits et légumes) et sans risques sanitaires (ce qu’ils croient être un risque) et avec des caractéristiques demandant forcément d’agir sur la plante (exemple pour le blé destiné à la boulangerie, les gens veulent un pain ultra aéré et croustillant, les engrais azotés sont alors nécessaires pour forcer la plante à faire des protéines dont du gluten!).
    Ainsi, le meilleur changement c’est nous, les consommateurs, en influençant les marchés.
    De plus, les agriculteurs ont, suite à la guerre, été forcés de produire en masse pour 1/ rétablir la gouvernance alimentaire du pays. 2/ essayer de trouver un revenu car les prix à l’époque chutaient 3/ pouvoir faciliter le travail très physique des cultures et 4/ limiter certaines maladies des plantes risquées à l’époque pour la santé (ex:carie du blé…). C’est inscrit dans leurs mentalités depuis plus de 60 ans. Les mentalités sont longues à changer mais ça vient petit à petit il faut persévérer !

    • Bonjour Lachouxfleur ! Merci BEAUCOUP pour ton commentaire très intéressant. Je suis tout à fait d’accord avec toi, le changement viendra des consommateurs. En revanche, je ne partage pas ton avis quand tu dis que ce sont les consommateurs qui ont poussé agriculteurs et groupes agro à utiliser des pesticides. Je pense plutôt que ce sont les entreprises ayant fabriqué des produits chimiques et des machines utilisés pendant la Seconde Guerre Mondiale qui ont intégrés les pesticides et machines dans l’agriculture. Cela a eu certains avantages (réduction de la pénibilité du travail, limiter les carences en main-d’oeuvre…), mais avantages sur le court terme. Je pense que ce n’est qu’à coup de publicité que les consommateurs ont par la suite intégrés le fait qu’une tomate doit être bien ronde et rouge, sans défaut. Quoi qu’il en soit, je pense que le livre L’Evènement Anthropocène pourrait t’intéresser. Les auteurs abordent ces questions. J’en ai fait un article http://defizerodechet.com/2014/01/24/anthropocene-connaissances-et-inconscience/

      Je te souhaite une belle réussite dans ton projet ! Tiens nous au courant de tes avancées :)

  3. Personne ne devrait avoir le droit d’empoisonner qui que ce soit. C’est tellement ça! C’est complètement dingue qu’aujourd’hui on doive se battre pour montrer que l’utilisation des pesticides est néfaste pour nous et l’environnement. Que les écolos soient vus comme des extrémistes du retour en arrière. Je comprends pas!
    Surtout que ces grands groupes imposent cette pollution au plus grand nombre. Merci pour cet article, j’ai hâte de lire la suite!

  4. Bonjour, je viens de découvrir votre site et le trouve très intéressant. Je suis de plus en plus préoccupée par la santé actuelle et future de mes enfants et de nous même et essaye également de « m’améliorer  » un peu tous les jours pour manger plus sain et respirer plus sain, avec un idéal de pouvoir s’auto-suffire au maximum. votre article m’interpelle car si au jardin, on fait du bio sur notre petit potager, à la maison se pose le problème des puces que le chat nous ramène régulièrement aux changements de saison. je n’ai pour l’instant trouvé qu’un produit bien chimique en pharmacie qui permet d’éliminer ses insectes … avez-vous des idées pour que ce soit plus sain? merci par avance pour vos réponses

    • Bonjour Julie ! Je suis très contente que le blog vous plaise ! Concernant les traitements anti-puces, nous utilisons sur notre chienne un produit à base d’huiles essentielles, que nous avons acheté en magasin bio (d’autres produits du même type existent en pharmacie). Contrairement aux produits chimiques, je trouve que cela pue mais au moins c’est sans pesticides ;) Peut-être existe-t-il la même chose pour les chats.

    • J’ai le même problème avec mon chat. Du coup, j’utilise un peigne à poux. Cela prend du temps, mais c’est très efficace si tu n’as pas peur d’écraser chaque puce entre tes ongles! La lavande peut être dissuasif également.
      Quand mes enfants ont eu des poux, j’ai vite abandonné les shampooings anti poux inefficaces et dangereux. Passer le peigne à poux et enlever chaque lente plus fine à la main en la mettant sur un coton mouillé. En 2 jours, il n’y avait plus rien! Il faut être patient: ça fini par payer ;^D

  5. ‘manger bio est bon pour la santé, notamment parce que cela réduit votre exposition aux pesticides.’… ‘Une étude de 2006 [2] de l’Université de Washington (citée par David Servan-Schreiber dans son excellent livre Anticancer [3], p.155) a été menée auprès de 23 enfants à qui l’on a proposé d’adopter une alimentation biologique. Au bout de quelques jours, toute trace de pesticides avait disparu de leurs urines. Ces traces sont rapidement réapparues au niveau initial lorsqu’ils sont repassés à une alimentation classique.’ …Le 13 juin dernier, l’INSERM a publié les résultats d’une expertise collective, menée par ses équipes [5], qui a passé en revue la littérature scientifique internationale de ces 30 dernières années sur les pesticides. Selon les chercheurs, le lien entre certaines maladies (différents cancers, maladie de Parkinson, problèmes hormonaux) et l’exposition aux pesticides est établi….: « La mort est dans le pré » [6]. Pendant des années, de nombreux agriculteurs ont utilisé les substances chimiques sans se protéger. Yannick Chenet et Frédérick Ferrand, viticulteurs tous les deux, en sont morts. Leurs familles ont traduit en justice Monsanto, un des géants de l’agro-industrie qui fabrique notamment des herbicides, et ont gagné leur procès [7]. Augustin de Livois
    Voilà ce que j’ai gardé dans ‘ma bibliothèque’ suite à la signature de soutien au viticulteur bio condanné parce qu’il n’avait pas voulu traité sa vigne aux pesticides !! un peu long comme commentaire juste pour t’apporter d’autres arguments

  6. Quand j’étais petite j’avais très souvent des poux. Au début mes parents utilisaient les produits chimiques et finalement ils ont utilisé les anti-poux aux huiles essentielles. Les huiles essentielles ne font pas muter les poux. C’est un effet mécanique qui les tue en les asphyxiant. Ainsi il n’y pas besoin de changer de formule pour être toujours efficace.

    • Merci Audrey pour ce témoignage ! C’est vrai que pour les enfants ayant régulièrement des poux, on constate rapidement une résistance de ces petites bêtes aux produits chimiques et il est nécessaire de changer de produits. Les produits naturels et la prévention (quelques gouttes d’huile essentiel de lavande chaque matin avant de partir à l’école si pas d’allergie des enfants) peuvent être tout aussi efficaces mais demandent plus d’énergie de la part des parents.
      De toute façon, quoi qu’il en soit, se débarrasser de poux c’est toujours la croix et la bannière !

  7. Merci pour ces informations ! La conférence du Dr Chevallier devait être intéressante. J’ai surtout été impressionnée par le chiffre des 80%… On réduit de 80% notre exposition aux pesticides en ne consommant que des pommes, poires, pêches, légumes, produits laitiers et oeufs bio (et uniquement ça) ?! Impressionnant !

    • Lors de la conférence, il a précisé que ce chiffre est une estimation qui n’a pas été prouvée scientifiquement. Mais ce chiffre est quand même rassurant même si pas tout à fait exacte :)
      On réduit de 80% notre exposition si, sur l’ensemble de notre alimentation, on consomme en bio pommes, poires, pêches, légumes produits laitiers et oeufs.

Répondre à Planet Addict Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s